magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche de possibles victimes d'un pédophile
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
ACTUALITÉS / Estrie
Anita Lessard Par Anita Lessard

Vendredi, 27 septembre 2019

Mobilisation monstre dans les rues de Sherbrooke


Brandissant pancartes et bannières aux messages parfois loufoques, souvent percutants, ils étaient nombreux (entre 5000 et 6 000 personnes) à converger vers le parc Jacques-Cartier, et bruyants, mais surtout convaincus que leur action portait un message clair.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: EstriePlus; manifestants sur le Boulevard Jacques-Cartier

L'appel a été entendu par des milliers de manifestants, jeunes (surtout) et moins jeunes, venus clamer haut et fort l'urgence d'agir pour sauver la planète, aux dirigeants du monde entier.

Brandissant pancartes et bannières aux messages parfois loufoques, souvent percutants, ils étaient nombreux (une foule estimée entre 5000 et 6 000 personnes) à converger vers le parc Jacques-Cartier de Sherbrooke.  Ils étaient enjoués et bruyants, mais surtout convaincus que leur action portait un message clair. « Ça en dit long sur l'urgence. Les gens comprennent que c'est le moment ou jamais! Il est temps d'agir; c'est fini d'être passif ou de regarder ce que les gouvernements tentent de nous faire croire. On veut des actions concrètes parce que c'était hier qu'il fallait agir malheureusement », s'insurgeait Claudia Fiore-Leduc porte-parole du collectif La planète s'invite au communautaire.

Elle faisait également remarquer que les problèmes engendrés par cette inaction vont au-delà des enjeux environnementaux. « On veut une justice climatique! Ce n'est pas juste de faire descendre nos émissions de GES, c'est aussi de penser aux conséquences humaines; la justice sociale risque d'être mis en péril ». Elle mentionne au passage les catastrophes naturelles, les réfugiés climatiques, la pénurie de nourriture, la disparition d'îles et de régions côtières, et les coûts qui y sont associés.

Plusieurs intervenants et intervenantes se sont succédé pour prendre la parole et galvaniser les nombreux participants. « Ne laissez personne vous dire que vos actions n'en valent pas la peine; ne laissez personne vous dire que de toute façon les grandes entreprises ou de plus grands pays polluent plus que vous; ne laissez personne étouffer votre enthousiasme, votre colère, votre parole! » s'est exprimé Denis Beaudin de la CSN Estrie et porte-parole de La planète s'invite au travail devant une foule conquise. « Nous sommes ici pour exiger que nos gouvernements se responsabilisent immédiatement face à la crise climatique, parce que c'est par le changement collectif qu'on arrivera à freiner la chute », a-t'il ajouté.

 

« Comme des grandes personnes maintenant, on se doit d'assumer la 6e extinction, assumer notre auto destruction. Parce que les multinationales asservissent les régimes démocratiques à coups de lobbying, dans lesquels, ni l'environnement, ni les citoyens ne sont des variables. Parce que les gouvernements n'ont que l'économie capitaliste à la bouche, mais à quel prix?», a lancé une étudiante de l'École Internationale du Phare

Les organisateurs de la marche « Earth Strike », ou grève pour la terre, espéraient que ce moment soit charnière pour créer un momentum qui forcera les politiciens en campagne électorale, à prendre position et à s'engager fermement et concrètement dans une transition écologique au cours du prochain mandat. Plusieurs candidats dont Marie-Claude-Bibeau (PLC), Pierre-Luc Dusseault (NPD), Claude Forgues (BQ), et Mathieu Morin (PV), étaient d'ailleurs présents pour montrer leur appui à une telle démarche.

Le message était clair et virulent, mais offrait également l'espoir que cette génération va pousser pour voir ces changements se concrétiser. Reste à savoir si ces demandes vont se transformer en action de la part de nos dirigeants.

photo haut: Claudia Fiore-Leduc
photo bas: Denis Beaudin

 


Ville de Sherbrooke Décinfinement juin20
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
L'Institut quantique de l'UdeS s'associe à IBM

L'Institut quantique de l'UdeS s'associe à IBM
Sherbrooke adopte son plan en immigration

Sherbrooke adopte son plan en immigration
NOS RECOMMANDATIONS
Récup Estrie modernise ses installations

Récup Estrie modernise ses installations
La conseillère en colère.

La conseillère en colère.
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique juin 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Cordonnerie Tremblay mai20
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 3 juin 2020
Privatiser le bien public

François Fouquet
Lundi, 1 juin 2020
La conseillère en colère.

Claude Hébert
Lundi, 1 juin 2020
Comment gérer ses finances en temps de pandémie?

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 mai 2020
L’ABC de la nutrition à l’effort

JD 18 mai 2020
Concours Libre Expression juin20
Se reconstruire après l'incendie... Par Anita Lessard Mardi, 2 juin 2020
Se reconstruire après l'incendie...
SOS Parc Orford prête à reprendre le combat Par Daniel Campeau Jeudi, 28 mai 2020
SOS Parc Orford prête à reprendre le combat
Recruter en temps de pandémie Par Anita Lessard Vendredi, 29 mai 2020
Recruter en temps de pandémie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous