20220118_TG_MONONCSERGE
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 26 janvier 2022
 
ACTUALITÉS
Actualité
En bref
En Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Ça se passe chez nous
Santé et Beauté
Famille
Avis publics
Blogue
BLOGUE / Blogue
Mardi, 22 juin 2021

L'ancien dirigeant du l'Oréal, Nicolas Krafft parle à propos du leadership et du développement durable, au temps du Covid



 Imprimer   Envoyer 

La pandémie du COVID-19 a eu de réelles répercussions sur l'environnement. Tout d'un coup les habitudes ont changé, on s'est mis à utiliser des masques jetables (et trop souvent, ses masques ne sont pas éliminés correctement) et on s'est tourné vers les achats en ligne pour approvisionner son garde-manger et combler l'ennui, ce qui a augmenté les émissions liées aux transports et à l'emballage. Mais il y avait aussi des avantages pour l'environnement. Les gens voyageaient moins - beaucoup moins - et les déplacements quotidiens ont été remplacés par le travail à distance dans le monde entier. En fait, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont baissé d'environ 2,4 milliards de tonnes en 2020 en raison des interdictions de voyage liées au COVID, soit une baisse de 7 % par rapport à 2019. Il s'agit de la plus importante baisse de ce type jamais enregistrée.   

Si l'on peut s'attendre à ce que l'accent soit mis sur les préoccupations sanitaires immédiates lors d'une pandémie mondiale, les défenseurs du développement durable, comme l'ancien cadre de L'Oréal Nicolas Krafft, affirment que le leadership en matière d'environnement est plus que jamais nécessaire. Au contraire, dit-il, la pandémie nous a permis de revoir notre mode de vie et de travail de manière à servir les objectifs du développement durable à l'avenir.

Le développement durable à l'heure du COVID

L'Institute pour le leadership en matière de durabilité de l'Université de Cambridge a récemment publié un rapport : « Les implications de la COVID-19 pour le leadership en matière de développement durable ». Dans ce rapport, l'institut échange avec un certain nombre de leaders et de défenseurs en matière de développement durable sur ce que la COVID-19 nous a appris sur la construction de la résilience économique, sociale et environnementale, et sur la manière dont les chefs d'entreprise peuvent s'adapter à la transformation du lieu de travail et contribuer à un avenir plus durable.
Le rapport parle de la COVID-19 comme d'un "choc systémique". Face à ce danger grave et présent, les gens étaient prêts à prendre des mesures d'urgences et à accepter des changements majeurs dans leur mode de vie et une restriction de leurs déplacements. Bien que le changement climatique n'a peut-être pas le même effet immédiat, note le rapport, la menace imminente n'en est pas moins réelle. Le rapport plaide pour qu'on communiquer sur le changement climatique avec le même niveau d'efficacité : en précisant la menace, en convainquant le public de la nécessité d'un changement de comportement et en énonçant clairement les actions requises.
L'heure est aux idées audacieuses, et les entreprises qui adoptent des objectifs de développement durable ambitieux et des messages percutants sont celles qui ont le plus de chances de réussir, affirme Nicolas Krafft, ancien dirigeant de L'Oréal.

Une entreprise s'attaque aux déchets de façon spectaculaire, en particulier aux plastiques à usage unique. Kat Nouri, immigrée iranienne et fondatrice de la marque d'articles ménagers Modern Twist, a réalisé que son expertise en matière de silicone pouvait contribuer à résoudre le problème de la pollution plastique. Elle a vu grand et a mis au point un sac en silicone réutilisable de qualité alimentaire qui peut être utilisé au micro-ondes, au congélateur ou dans l'eau chaude. Elle a appelé sa nouvelle entreprise Stasher. Cette innovation audacieuse est un moyen pour les consommateurs de réduire les quelque 300 millions de tonnes de déchets plastiques produits chaque année, dont une grande partie sous la forme de plastique à usage unique. Nouri définit la réussite d'une entreprise non seulement par les ventes, mais aussi par son impact.

Selon M. Krafft, ce ne sont pas seulement les petites marques qui ont la possibilité de changer de cap. Les grandes entreprises prennent l'initiative en matière de durabilité, par la conception de produits et d'emballages innovants, par la création de lieux de travail qui donnent la priorité aux objectifs de durabilité (ce que la pandémie et le travail à distance ont contribué à faire démarrer) et par des messages clairs et convaincants.

Un autre rapport de l'institut Cambridge pour le leadership en matière de durabilité examine 10 principes pour aligner une entreprise sur son objectif de développement durable, en s'appuyant sur les dirigeants de quatre grandes entreprises : DSM, IKEA, Interface et Unilever. Le rapport affirme que cela commence par une déclaration d'intention qui rend compte de la contribution unique de l'entreprise. Pour DSM, il est question de "créer des vies meilleures pour tous". Pour Unilever, il s'agit de "faire en sorte que les modes de vie durables deviennent monnaie courante".
Nicolas Krafft affirme que la déclaration d'intention devient le principe directeur de l'entreprise. À partir de ce principe, les dirigeants peuvent mettre en place une stratégie, fixer des objectifs et rendre compte des progrès accomplis dans la réalisation de ces objectifs. Unilever, par exemple, a commencé par un plan de vie durable, dont l'objectif était de faire en sorte que les modes de vie durables deviennent monnaie courante. Ce plan s'est étendu à Unilever Compass, qui intègre le mode de vie durable dans tous les aspects de l'entreprise. Dans ce cadre, Unilever s'est associé à des organisations à but non lucratif comme l'UNICEF et Save the Children pour promouvoir le lavage des mains et l'hygiène dans le monde entier. Avec l'apparition de la pandémie de COVID-19, ils ont intensifié leurs efforts - visant un milliard de personnes pour le lavage des mains dans le monde. "Il s'agit d'un autre exemple fantastique de collaboration en action", a déclaré Rebecca Marmot, responsable du développement durable chez Unilever, "conçu pour mettre rapidement à l'échelle des solutions pour ceux qui en ont le plus besoin." 

Et les objectifs de développement durable de l'entreprise peuvent conduire à de grands changements, tant au sein de l'entreprise que dans l'ensemble du secteur. Dans le cadre de son initiative "Climate Take Back", Interface a créé un parcours d'innovation pour les produits. Le PDG a lancé un challenge de conception consistant à créer une dalle de moquette neutre en carbone. L'équipe d'innovation a réalisé et vendu la nouvelle dalle de moquette en deux ans, et durant le lancement du nouveau produit, l'entreprise a annoncé que tous les produits qu'elle fabriquait ou vendait seraient désormais neutres en carbone. Il s'agit d'un excellent exemple de la manière dont une entreprise peut donner un véritable envol à ses engagements en matière de développement durable et utiliser son objectif pour stimuler l'innovation et la transformation.

Le leadership en matière de développement durable à l'heure de la COVID

Nous avons vu comment le travail a été transformé à la suite du COVID-19, déclare Nicolas Krafft, ancien dirigeant de L'Oréal. Et les leçons tirées de la pandémie en matière d'adaptation à un monde en mutation sont particulièrement pertinentes dans le contexte de la crise du changement climatique. Pour lui, une partie de cette transformation consiste à repenser la consommation comme le principal moteur de la réussite économique. Dans tant de nouvelles à travers le monde, le retour à la stabilité financière est lié aux dépenses de consommation. En Chine, les consommateurs réagissent en faisant remonter les ventes d'articles de luxe dans ce que l'on appelle les "dépenses de revanche".
Dans le rapport intitulé "The implications of COVID-19 for leadership on sustainability", les auteurs notent que "nous avons besoin que les entreprises dématérialisent la consommation et contribuent à façonner d'autres visions de la prospérité liées à de véritables besoins sociétaux. Les consommateurs évoluent déjà, ils ont une voix et l'utilisent de plus en plus pour réclamer le développement durable- les entreprises doivent se conformer à cela, rapidement."
La pandémie de la COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes, mais elle a également offert des opportunités. C'est le moment de réimaginer comment les lieux de travail, les villes et les sociétés peuvent fonctionner et assurer un avenir plus durable, dit Nicolas Krafft. Il s'agit de s'engager auprès des communautés locales, de revoir la journée de travail classique pour offrir plus de flexibilité, d'exploiter la technologie à bon escient, de se concentrer sur le bien-être des employés et de contribuer à des villes plus vivables et saines et à des zones rurales dynamiques. Pour les leaders du développement durable, il est temps d'opérer des changements significatifs et systémiques, affirme M. Krafft.
20220118_BT_FRAICHEUR
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Perquisition Acces Cannabis sur la rue Malouin

Perquisition Acces Cannabis sur la rue Malouin
Un record, 7 sherbrookois aux Olympiques de Beijing 2022

Un record, 7 sherbrookois aux Olympiques de Beijing 2022
20211206_MNS_COLORIER
NOS RECOMMANDATIONS
Volée de 14 000$ elle porte plainte un an plus tard !

Volée de 14 000$ elle porte plainte un an plus tard !
Une participante de l’Estrie à l’émission Le meilleur pâtissier du Québec

Une participante de l’Estrie à l’émission Le meilleur pâtissier du Québec
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

20220118_COOP_FUNERAIRE_ESTRIE
Inscription Infolettre EstriePlus.com
20211206_MNS_COLORIER
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 26 janvier 2022
Avant-match électoral

François Fouquet
Lundi, 24 janvier 2022
Tantôt, on ira voter

Me Michel Joncas
Jeudi, 20 janvier 2022
Profilage, arrestation et nos droits

JD_JANVIER_2022
Une participante de l’Estrie à l’émission Le meilleur pâtissier du Québec Par Catherine Blanchette Jeudi, 20 janvier 2022
Une participante de l’Estrie à l’émission Le meilleur pâtissier du Québec
Perquisition Acces Cannabis sur la rue Malouin Par Daniel Campeau Vendredi, 21 janvier 2022
Perquisition Acces Cannabis sur la rue Malouin
Rassemblement à Magog :  21.000 $ d’amende Par Daniel Campeau Mardi, 18 janvier 2022
Rassemblement à Magog : 21.000 $ d’amende
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut