Destination_Sherbrooke_lumière
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 27 octobre 2021

Joyeuses dérives



 Imprimer   Envoyer 

Je ne sais pas comment vous vivez cela vous. Moi, je trouve l'époque dans laquelle nous vivons fascinante. Imaginez, cette humanité québécoise et canadienne aux prises avec une forte propension à l'autodestruction en se croisant les bras devant les changements climatiques qui s'évertue à débattre de la question du sexe des anges sous forme de reconnaissance symbolique des droits autochtones ou encore sous celle de l'éveil à toutes les formes d'injustices, le mouvement woke. Cette dernière semaine a été marquée par ces phénomènes. Réflexions libres sur des thèmes d'actualité québécois récents.

Les Canadiens et les territoires non cédés de Montréal

Les Canadiens de Montréal peinent sur la surface glacée. Après cinq matchs, l'équipe n'a toujours pas connu la victoire et n'a marqué que quatre misérables buts. L'absence de Carey Price, du défenseur Joel Edmundson et la panne des Toffoli, Caufield et Suzuki en sont les principaux responsables. Outre les difficultés sur la glace, l'équipe en arrache aussi à son deuxième étage. Le repêchage de Logan Mailloux, l'incapacité de l'organisation à retenir Philippe Danault et Corey Perry sont autant de sujets qui ont retenu l'attention. Pire encore, l'avenir du directeur général et enfant chéri mal-aimé des médias, Marc Bergevin, est incertain. Le propriétaire de l'équipe Geoff Molson se fait rare et il refuse de confirmer ou d'infirmer la nouvelle concernant l'avenir de Bergevin à Montréal. Vous en conviendrez, cela fait beaucoup de boulot pour le vice-président aux relations publiques des Canadiens Paul Wilson. Pourquoi alors cette maladresse commise samedi dernier en annonçant que dorénavant le Canadien déclarera avant chaque match que le centre Bell se trouve sur un territoire non cédé des Mohawks ? Les commentateurs s'entendent pour dire que cela est faux puisque les historiens s'entendent pour dire que jamais Montréal n'a été un territoire occupé par la communauté mohawk. Or, invoquer ainsi le tribunal des juges historiens pour débattre de sujets aussi délicats n'est pas la trouvaille du siècle. Sous la plume des historiens, on retrouve rarement des réponses noires ou blanches à nos questionnements.

Montréal un territoire non cédé ?

Une image contenant texteDescription générée automatiquementJe n'ai pas fait une revue de toute la littérature sur la question. Je ne fais pas donc œuvre d'historien ici. Néanmoins, la lecture d'un livre récent publié chez Boréal par Roland Viau sur le Montréal du 16e siècle intitulé. : Gens du fleuve, Gens de l'île. Hochelaga en Laurentie iroquoienne au XVIe siècle semble donner lieu à des interprétations qui sont loin d'une réponse binaire oui ou non.

Lisons l'ethnohistorien Roland Viau en page 76 et 77. « En ces temps lointains, les Amérindiens accordaient-ils une signification symbolique à la notion d'île ? Les habitants de Montréal voyaient-ils leur île comme un territoire mythique et comme une façon de s'identifier eux-mêmes en se démarquant des autres ? Ont-ils investi leur milieu de vie d'une forte charge symbolique en l'associant étroitement à la tortue (Graptemys geographica), qui maîtrisait à la fois l'eau et la terre ? La forme et le tracé de sa carapace ne rappellent-ils pas une île et la topographie du lieu ? Le dos de la tortue n'est-il pas devenu le plancher du monde sur lequel marchait l'humanité ? ... c'est que de nombreuses cultures autochtones étaient intimement convaincues que l'île et la montagne reflétaient une image du monde des commencements ou qu'elles reproduisaient un visage de leur origine commune. »

On voit bien que nous ne sommes pas dans le registre du droit libéral et de la notion des traités. Dans son essai sur la question, Roland Viau fait ressortir la propension naturelle des Amérindiens à se fabriquer un patrimoine historique à travers un passé et une mémoire collective façonnée par le territoire et l'univers cosmologique. Cela devrait suffire à nous convaincre que l'on ne retrouvera pas sous la plume de nos historiens des réponses simples et limpides sur l'occupation du territoire par la nation mohawk. Quoi qu'il en soit, il semble exister des preuves que l'on n'a pas retrouvé d'artefacts archéologiques qui prouvent la présence de membres de la nation mohawk sur le territoire d'Hochelaga avant l'arrivée des conquérants européens. Est-ce dire qu'il n'y a pas de liens de mémoire de nature cosmologique entre les Mohawks et le territoire réclamée comme non cédée ? Nul ne saurait l'affirmer avec autorité. L'histoire, comme les autres disciplines des sciences humaines et sociales, n'offre pas des vérités, mais pose des hypothèses et des interprétations en fonction des sources qui sont consultées. Rien de plus, rien de moins. C'est pourquoi il m'apparait téméraire de faire appel à un tribunal d'historiens pour trancher ce type de question. Faire autrement serait de plonger dans une forme de dérive.

Les wokes

Une image contenant texte, jouet, poupéeDescription générée automatiquementAutre dérive qui nous guette, c'est de faire l'instrumentalisation d'une nouvelle catégorie de gens à combattre. Les wokes sont aujourd'hui une cible de choix pour les chroniqueurs du Journal de Montréal comme Richard Martineau, Joseph Facal et Mathieu Bock-Côté pour ne nommer que ceux-là. Il est vrai que des incidents liés au vandalisme sur des monuments publics, l'autodafé de bandes dessinées ou encore la restriction de la liberté d'expression d'un professeur d'université comme Veruschka Lieutenant-Duval qui a prononcé un mot en N pour expliquer dans une mise en contexte la récupération par les victimes de métaphores négatives à leur endroit porte à réflexion. D'autres événements à Radio-Canada et à L'Université Concordia avec le livre de Pierre Vallières Nègres blancs d'Amérique (c'est le titre d'un livre, un fait et non pas une utilisation malveillante d'un mot infamant envers les populations racisées) sont ici des faits troublants.

Néanmoins pas à ce point troublant pour lancer une croisade contre les wokes comme semble vouloir le faire le gouvernement de la CAQ. Cela a commencé par le premier ministre François Legault qui a accolé à Gabriel Nadeau-Dubois l'épithète woke pour le définir. La semaine dernière, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge a co-signé avec son homologue français une lettre brulot contre le mouvement woke. Ils écrivent notamment : « Nous assistons depuis trop longtemps aux dérives liées à la culture de l'annulation ("cancel culture"), une idéologie et des méthodes directement importées de certains campus universitaires américains et qui sont à mille lieues des valeurs de respect et de tolérance sur lesquelles se fondent nos démocraties. Le bannissement de personnalités, de spectacles et de conférences, le harcèlement sur les médias sociaux, la censure, l'assujettissement de la science à l'idéologie, l'effacement de l'Histoire jusqu'à l'autodafé de livres constitue autant d'assauts portés contre la liberté d'expression et le sens civique, qui nous ramènent aux temps les plus obscurantistes de nos sociétés occidentales. »

La culture de l'élection contre la culture de l'annulation

Un peu fort en café. Il est vrai que de tels phénomènes existent ici comme ailleurs au Canada, mais de là à en faire le combat le plus pressant de la nation, il y a une marge. Il faut plutôt voir cela comme une préparation du terrain électoral pour la CAQ qui veut faire de la nation le héros de la prochaine élection générale de 2022. Il ne faut pas être dupe et participer à cette culture de l'élection pour combattre la culture de l'annulation. Le mouvement woke très présent dans certaines de nos universités n'est pas un ennemi à battre, mais plutôt une génération à conquérir pour les nationalistes québécois. Agir autrement ce sera de se condamner à de joyeuses dérives...


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le verre d’eau

Le verre d’eau
Le meilleur et le pire

Le meilleur et le pire
Les_Galeries_4saisons
NOS RECOMMANDATIONS
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960
13 écoles avec de nouveaux cas de Covid

13 écoles avec de nouveaux cas de Covid
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_lumière_2
 
François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

Daniel Nadeau
Mercredi, 24 novembre 2021
Le meilleur et le pire

Me Karine Jobin
Mardi, 23 novembre 2021
Partir en affaires, à deux c'est mieux ( la suite )

JD_NOVEMBRE_2021
À Magog une adolescente de 15 ans manque à l’appel Par Daniel Campeau Lundi, 22 novembre 2021
À Magog une adolescente de 15 ans manque à l’appel
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke! Par Catherine Blanchette Mercredi, 24 novembre 2021
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke!
13 écoles avec de nouveaux cas de Covid Par Daniel Campeau Lundi, 22 novembre 2021
13 écoles avec de nouveaux cas de Covid
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut