magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS / Environnement
Yves Nantel Par Yves Nantel

Jeudi, 26 novembre 2020

Incontournable, la carboneutralité



 Imprimer   Envoyer 

Comprendre. Approfondir. Dépasser les généralités et les slogans. Tel est un des objectifs de ces chroniques. Pas facile car les réalités sont complexes et les ordres de grandeur dépassent souvent l'entendement. Ici, j'essaierai de définir le concept et les exigences de ce qui est au cœur de toutes les promesses de nos gouvernements, la carboneutralité. 

Qu'est-ce que la carboneutralité ? 

La carboneutralité est l'objectif à atteindre, pour 2050, si l'on veut restreindre le réchauffement du climat à 1,5 ℃, objectif fixé par le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) de l'ONU et accepté par 194 pays lors de l'Accord de Paris en 2015. 

Dans Le tic-tac de l'horloge climatique, Christian de Perthuis la définit ainsi : « ramener les rejets de gaz à effet de serre résiduels au niveau des capacités d'absorption des deux puits de carbone océanique et terrestre, éventuellement renforcés par l'appoint de techniques industrielles de captage et de stockage ». 

La carboneutralité repose sur deux piliers : 

a)      reconstruire le système énergétique et industriel pour qu'il fonctionne sans émettre de CO2 ;

b)      organiser les ressources agricoles et forestières pour protéger les puits de carbone terrestre et réduire les émissions de GES, autres que le CO2

Visualisons 

L'on sait que les GES sont constitués principalement du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4) et du protoxyde d'azote (N20). Le CO2 provient principalement des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) alors que le méthane et le protoxyde d'azote découlent des pratiques d'agriculture et d'élevage et de la gestion des déchets organiques. 

Concrètement, pour les 3 années comprises entre 2015 et 2017, les émissions de GES au niveau mondial ont totalisé en moyenne 52 milliards de tonnes d'équivalent C02 par année (Gt/an). De ce total, la combustion d'énergies fossiles a compté pour 38 Gt/an, soit 70 %, les pratiques d'agriculture et de foresterie et les déchets pour 11 Gt/an, soit 22 %, le reste provenant des processus de fabrication. 

Comment atteindre la carboneutralité ? 

Nous avons deux transitions à opérer à l'échelle internationale afin d'atteindre notre objectif de la carboneutralité : la transition énergétique et la transition agroécologique. 

La transition énergétique consiste à remplacer les énergies fossiles par les énergies renouvelables afin de réduire radicalement les rejets de CO2 provenant de la combustion des énergies fossiles et par l'adoption de nouvelles pratiques de production. 

Pendant deux siècles, nous avons empilé les énergies fossiles au gré de nos découvertes. Le charbon fut la première utilisée, puis vint le pétrole et enfin le gaz. On parle d'empilement car l'une n'a pas remplacé l'autre, elles se sont accumulées. Et les émissions de GES tout autant, provoquant le réchauffement du climat. 

La transition agroforestière consiste à nourrir l'humanité tout en réduisant radicalement l'engrais azoté, à changer les pratiques d'agriculture et d'élevage, à diminuer l'alimentation en produits carnés, à sauver nos forêts mais aussi à en multiplier la superficie, à préserver la biodiversité, etc. En fait, à retourner aux principes de base de l'évolution de la nature. 

Les puits naturels de captage de CO2 

S'il faut réduire les émissions par le remplacement des énergies fossiles, il faut, simultanément, redonner aux puits de carbone, que sont les terres émergées et les océans, leur capacité naturelle de captage de C02

L'opération devra s'effectuer à deux niveaux. D'abord, désengorger les puits de l'excédent de CO2 puis, restaurer les conditions optimales de captage. En effet, ils ne réussissent même plus à absorber toute la quantité de CO2 émise, ils en sont sursaturés et en émettent à leur tour. 

Les océans sont des puits naturels très efficaces pour capter le CO2 de l'atmosphère. Leur capacité d'absorption est conditionnée par la présence des algues qui, à l'instar des autres végétaux, capturent le carbone via la photosynthèse et permettent sa lente descente vers les fonds marins où le gaz se transforme en sédiments. 

Des études récentes évaluent à 33 % la capacité d'absorption de CO2 émis dans l'atmosphère par les océans, cette capacité était auparavant évaluée à 25 %. Faut-il s'en réjouir ? À première vue, oui, mais c'est sans considérer qu'une trop grande quantité de CO2 entraine l'acidification des océans qui affecte, à son tour, la faune et la flore marine jusqu'à 1 000 mètres de profondeur. 

Jusqu'à ce jour, on a surtout considéré l'océan comme un garde-manger infini par la pratique de la sur-pêche et comme mega-poubelle, pour le plastique entre autres. 

Le sous-sol et la végétation terrestre constituent l'autre puits naturel de carbon. À travers ce même processus de photosynthèse, les plantes, particulièrement les arbres, captent le CO2 de l'atmosphère et le stockent dans la plante ou dans le sol. L'on comprendra que les grandes forêts dont celles d'Amazonie ou d'Afrique mais aussi la forêt boréale du Québec sont des écosystèmes à préserver à tout prix.

Au niveau de l'agriculture, l'utilisation de produits chimiques (engrais, pesticides) détruit la vie des sols, provoque des fuites de CO2 dans l'atmosphère et limitent la capacité du sol à le stocker. 

Les techniques industrielles de captation et de stockage (CSC) 

Selon le GIEC, il est probable que toutes ces mesures soient insuffisantes pour atteindre la carboneutralité, c'est pourquoi il considère la pratique de captage et stockage de carbone (CSC) à titre complémentaire. 

Il s'agit alors de capter les molécules de carbone à la source, soit avant ou après la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), afin d'éviter leur libération dans l'atmosphère. Une fois capté, le gaz est transporté par pipeline, bateau ou camion afin de l'emmagasiner dans des formations géologiques ou aquifères profondes permettant leur séquestration pour plusieurs siècles, voire des millénaires. 

Dans ses scénarios optimistes, l'Agence internationale de l'énergie estime une capacité d'enfouissement de plus de 2 milliards de tonnes de CO2 grâce au stockage géologique. 

Qu'en est-il du méthane et du protoxyde d'azote ? 

Afin d'atteindre et de maintenir la carboneutralité, les puits doivent absorber la quantité de CO2 que les activités humaines rejettent dans l'atmosphère de même que les gaz non CO2, à savoir le méthane et le protoxyde d'azote. Ces derniers sont responsables de 22 % des émissions de GES. 

Dans le cas du méthane, ses émissions sont principalement dues à l'élevage intensif des ruminants, à la façon dont ils sont nourris et à la gestion de leurs déjections. Il faut ajouter le traitement de nos déchets organiques, lesquels sont aussi émetteurs de GES. On ne pourra pas s'en sortir sans reconsidérer notre habitude de consommer des produits carnés et les éleveurs devront modifier les techniques d'élevage et de nourriture du bétail. 

Pour sa part, le protoxyde d'azote est rejeté dans l'atmosphère suite à l'utilisation intensive des engrais azotés, chimiques ou organiques et de certains procédés de l'industrie chimique. Avec son facteur de réchauffement global du climat, 265 fois plus grand que le CO2, le protoxyde d'azote contribue pour 6 % du forçage radiatif mondial. 

Un calendrier serré 

Le GIEC nous situe dans un calendrier très serré pour parvenir à la carboneutralité. Il nous avise que pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 ℃, il faudra l'atteindre d'ici 2050. Si nous tergiversons jusqu'en 2070, par exemple, le réchauffement avoisinera les 2 ℃ avec des conséquences amplifiées dont certaines irréversibles.


Écoloboutique Déc 2020 COVID
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Lancement du Défi Château de neige en Estrie

Lancement du Défi Château de neige en Estrie
Sherbrooke : possibilité de reporter son paiement des taxes municipales en 2021

Sherbrooke : possibilité de reporter son paiement des taxes municipales en 2021
Hyundai Sherbrooke jan 2021 B
NOS RECOMMANDATIONS
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement

L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement
Vendeur de cannabis illicite arrêté à Sherbrooke

Vendeur de cannabis illicite arrêté à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

McDonalds Embauche Nov 2020 A
MSSS COVID-19 phase 9 déc 20
 
Me Catherine Chouinard
Dimanche, 24 janvier 2021
Un chalet à plusieurs : rêve ou cauchemar?

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 janvier 2021
La vieille âme

François Fouquet
Lundi, 18 janvier 2021
Le mot en K et la force centripète

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Le mot en K et la force centripète Par François Fouquet Lundi, 18 janvier 2021
Le mot en K et la force centripète
Bilan COVID-19 du 19 janvier Par Maxime Grondin Mardi, 19 janvier 2021
Bilan COVID-19 du 19 janvier
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement Par Maxime Grondin Mercredi, 20 janvier 2021
L’équipe du Siboire et la Fondation du CHUS s’unissent pour surmonter le confinement
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous