Destination_Sherbrooke_lumière
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
ACTUALITÉS / Estrie
Daniel Campeau Par Daniel Campeau

Mardi, 5 octobre 2021

«Fraudes grands-parents» : un autre livreur questionné par la police



 Imprimer   Envoyer 
Archives Estrie Plus

Depuis l'arrestation d'un livreur d'une entreprise de Sherbrooke dans l'affaire des « fraudes grands-parents » et d'un deuxième cas de livraison suspecte révélée par EstriePlus.com, voilà qu'un troisième livreur a dû répondre aux questions des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) en lien avec une autre « fraude grands-parents » en cours de réalisation.

De source sûre, EstriePlus.com vient d'obtenir l'information que, pas plus tard que vendredi dernier, un autre livreur de colis a été impliqué dans une tentative de fraude de type « grand-parent ».

Cependant, grâce à la vigilance de la victime et du doute du livreur sur la nature de la livraison, une dame âgée de Saint-Denis-de-Brompton vient d'épargner une somme de près de 5000 $. Même que le montant qui lui était réclamé par les fraudeurs était déjà bien emballé et déjà prêt à se rendre à destination.

Vendredi dernier, vers 14 h, une entreprise de livraison rapide de Sherbrooke reçoit le mandat de récupérer un colis à Saint-Denis-de-Brompton. Le répartiteur mandate donc son chauffeur pour cueillir un colis, une soi-disant carte électronique pour aller la livrer à Montréal sur le boulevard Acadie.

Ayant eu connaissance de la mésaventure de la semaine dernière (dévoilé par EstriePlus.com) du chauffeur d'une entreprise de messagerie rapide de Sherbrooke, accusé de fraude de plus de 5000 $, le livreur questionne son répartiteur sur sa livraison d'une soi-disant carte électronique.

« C'est bizarre ce call là ...c'est louche... t'es certain que tout est ok avec cette livraison-là? », avait alors demandé le livreur.

Le transporteur rassure son livreur en lui donnant le numéro de téléphone du destinataire ainsi que celui de l'expéditeur. Le livreur nous confirme que cela fait partie de ses habitudes de travail.

« Moi, je demande toujours les numéros de téléphone. Premièrement pour m'annoncer à l'expéditeur afin qu'il prépare son colis et deuxièmement afin de bien m'assurer de me rendre au bon endroit, surtout lorsque c'est à Montréal. »

La livraison

Le livreur part donc en direction de l'adresse indiquée afin de récupérer la fameuse carte électronique. Comme à son habitude le livreur appelle donc l'expéditeur, mais par inadvertance, il inverse les numéros de téléphone de l'expéditeur avec celui du destinataire et s'adresse donc à ce dernier.

« C'est un homme qui répond et il me confirme que je me suis effectivement trompé, car il est le destinataire à Montréal. Cependant je l'informe tout de même que suite à des fraudes, commises dans la région, nous les transporteurs, sommes maintenant très prudents lors de nos livraisons et que nous vérifions beaucoup plus maintenant ce que nous avons à transporter. »

Mais son histoire se tient, le destinataire déclare au livreur : « Monsieur, je ne suis qu'un gars qui a acheté une carte électronique à quelqu'un de votre coin, qui l'avait à vendre c'est tout! »

Il confirme au livreur que la livraison sera réglée comptant, une situation peu fréquente que celui qui doit apporter la carte électronique accepte quand même.

Le livreur compose donc cette fois le numéro de l'expéditeur afin de l'aviser de son arrivée prochaine. Surprise au bout du fil ! Un homme de la SQ répond. Étonné par la réponse, le livreur requestionne son interlocuteur.

« Êtes-vous bien à l'adresse indiquée à Saint-Denis-de-Brompton et dites-moi pourquoi vous avez répondu Sûreté du Québec ? »

Confus, son interlocuteur corrige sa réponse en disant avoir répondu Système Québec !! On peut facilement présumer que la personne au bout du fil croyait s'adresser à sa victime et non au transporteur.

L'histoire se poursuit lorsque le livreur arrive à sa destination de cueillette du colis, il nous raconte la suite : « J'arrive là, une voiture est stationnée dans la cour, je descends de mon véhicule et sonne une première fois à la porte, pas de réponse, une deuxième fois, pas plus de signes de vie l'intérieur de cette résidence. »

Rencontre avec la police

Le livreur quitte les lieux et communique avec son employeur : « Aie c'est louche ton affaire ça sent mauvais, ça a l'air d'une affaire de fraude et en plus j'ai rappelé à l'autre numéro et il n'y a plus de service aux deux numéros de téléphone, touche pas à ça !! »

Le livreur reprend la route et poursuit sa journée, alors que quelques minutes plus tard, un téléphone de sa conjointe lui apprend que des policiers de la Sûreté du Québec sont devant sa résidence et demande à lui parler le plus rapidement possible.

La victime du réseau de fraudeurs (une dame âgée) était bel et bien chez elle lorsque le livreur a frappé à sa porte. Effrayée et très ébranlée de la situation, la dame a tout de même eu la présence d'esprit de photographier la plaque d'immatriculation du livreur, pour tout de suite la communiquer à la Sûreté du Québec du département de Saint-François. Le livreur, qui ignorait alors être recherché, a décidé de communiquer par lui-même avec la SQ afin d'aider les policiers à clarifier la situation et surtout les aider si possible à mettre fin aux manèges du réseau de fraudeurs. De plein gré, il a fait une longue déposition aux policiers de la SQ, déclaration dans laquelle il insiste pour que les policiers fassent ses excuses à la victime qui (lorsqu'il a frappé à la porte de sa résidence à deux reprises) la dame a probablement eu une peur bleue croyant le livreur impliqué dans la fraude.

C'est donc, en moins d'une semaine à Sherbrooke, deux tentatives de fraude mises à jour qui ont eu lieu et une autre probablement réussie par les malfaiteurs. Nul doute, un réseau de fraudeurs avec le modèle de fraude de type « grands-parents » est à l'œuvre à Sherbrooke. Déjà, il a fait des victimes, et même qu'il est fort probable que certaines ne se sont pas encore manifestés par crainte de représailles.

Les fraudes téléphoniques sont de plus en plus fréquentes et se déroulent lorsqu'un fraudeur tente d'obtenir par téléphone des informations personnelles ou de l'argent. Dans tous les cas, les victimes reçoivent un appel téléphonique où le fraudeur se présente soi comme un employé d'une organisation connue, comme un employé du Gouvernement fédéral, provincial, municipal ou comme c'est le cas dans les fraudes grands-parents, il se présente comme un policier. Pour plus d'information sur les fraudes, les citoyens sont invités à consulter le Centre antifraude du Canada.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
150 personnes pour la sauvegarde l’urgence de Coaticook

150 personnes pour la sauvegarde l’urgence de Coaticook
Marcel Bolduc et Pierre-Hughes Boisvenu commentent la disparition de Coralie Lessard

Marcel Bolduc et Pierre-Hughes Boisvenu commentent la disparition de Coralie Lessard
Les_Galeries_4saisons
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi faire ce weekend?

Quoi faire ce weekend?
13 écoles avec de nouveaux cas de Covid

13 écoles avec de nouveaux cas de Covid
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_lumière
 
François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

Daniel Nadeau
Mercredi, 24 novembre 2021
Le meilleur et le pire

Me Karine Jobin
Mardi, 23 novembre 2021
Partir en affaires, à deux c'est mieux ( la suite )

JD_NOVEMBRE_2021
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke! Par Catherine Blanchette Mercredi, 24 novembre 2021
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke!
À Magog on est toujours sans nouvelles de la jeune Coralie Lessard Par Daniel Campeau Mardi, 23 novembre 2021
À Magog on est toujours sans nouvelles de la jeune Coralie Lessard
Le centenaire et l’autobus Par François Fouquet Lundi, 22 novembre 2021
Le centenaire et l’autobus
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut