magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Sherbrooke aura son projet pilote pour la collecte du verre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
APCHQ Estrie Par APCHQ Estrie

Vendredi, 25 décembre 2015

Le foyer de masse : Une autre façon de chauffer une maison


Par Louise A. Legault

 Imprimer   Envoyer 
Crédit photos : foyersfeuvert.com

Originaire d'Europe, le foyer de masse rallie de plus en plus d'adeptes au Québec depuis une trentaine d'années. Il propose une autre façon de chauffer (et de rafraîchir!) les intérieurs et va bien au-delà de l'appareil de chauffage.

Le bois n'a pas la cote en ce moment comme combustible dans les grandes villes. Cependant, un petit groupe a décidé de faire du bois-énergie son cheval de bataille. Et l'on ne parle pas ici de système d'appoint, mais bien de système principal.

Le foyer de masse a fait ses preuves depuis belle lurette dans des pays comme l'Autriche, l'Allemagne et la Finlande. Connu sous divers noms, il se distingue par son corps de chauffe massif qui accumule la chaleur et l'irradie à travers les pièces. Plutôt que de chauffer l'air (chauffage par convection), il chauffe les objets (chauffage par rayonnement), ce qui lui confère de nombreux avantages.

Le chauffage par convection empêche la stratification, l'air chaud ayant tendance à remonter, laissant les pieds au froid. Ce mode de chauffage diminue aussi les mouvements d'air par convection, souvent désagréables. Le foyer de masse réchauffant le plus souvent les pièces de jour, l'étage des chambres reste plus frais d'un ou deux degrés, ce qui assure un meilleur sommeil.

Le principe du foyer de masse est fort simple : l'utilisateur fait une forte flambée à haute température, le bois se consume complètement, créant peu de cendres ou de créosote responsable des feux de cheminée. En matière d'émissions, le foyer de masse dépasse même les normes de Washington (4,5 g de particules fines à l'heure), qui sont plus sévères que celles de l'EPA (7,5 g de particules fines).

Les gaz de combustion de ce système sont dirigés vers une chambre de combustion secondaire où la température peut atteindre de 900 à 1 050 °C. Ces gaz circulent ensuite vers le bas avant de s'échapper vers la cheminée, ce qui permet de distribuer la chaleur dans tout le corps de chauffe. La surface du foyer se maintient entre 40 et 60 °C et ne pose donc aucun problème de sécurité pour les jeunes enfants.

Comment la température peut-elle être réglée dans une maison munie d'un foyer de masse? Par l'espacement des feux. En octobre, il suffira d'un feu aux quatre ou cinq jours; en janvier, ce sera plutôt aux huit heures. En fait, il faut faire un nouveau feu dès que la température baisse d'un degré à l'intérieur.

Un système de climatisation passive

Le principe s'inverse en été et toute cette masse assure une climatisation passive, devenant une batterie thermique qui accumule la chaleur pendant la journée et se rafraîchit peu à peu pendant la nuit, ce qui réduit d'autant la facture de climatisation. Le cœur du foyer est fait de briques réfractaires ou de béton réfractaire préfabriqué, plus ou moins dense, selon la superficie de la maison. La cheminée aussi est faite de maçonnerie, quoiqu'il soit possible, dans certains cas, d'utiliser des sections préfabriquées en métal pour réduire les coûts.

Quant à l'habillage, il est personnalisé au goût des occupants et peut s'adapter à tous les styles de maison.

« C'est une autre façon de concevoir la maison. Le foyer devient vraiment le cœur de la maison, explique Pierre Gilbert, directeur de la commercialisation chez Feu vert Foyers de masse à Chicoutimi. Plus qu'un appareil de chauffage, il contribue à la qualité de vie des occupants. »

Une valeur ajoutée à la maison

Pierre Gilbert parle du foyer de masse comme d'une immobilisation qui ajoute de la valeur à la maison, notamment en raison de la possibilité d'y greffer divers accessoires, dont le banc chauffant qui permet de rallonger le circuit des gaz et la surface d'absorption de la chaleur. « C'est l'endroit idéal pour se réchauffer après les sports d'hiver ou encore pour faire sécher les bottes et les mitaines », commente-t-il.

Il est aussi possible d'y ajouter une cuisinière au bois qui pourrait être comparée à une mijoteuse de trois tonnes! Certains y installent un four à pain, tandis que d'autres l'utilisent pour faire des grillades dans l'âtre.

Propriétaire d'une maison bioclimatique, Pierre Gilbert cuisine au bois l'été, alors qu'il fait 35 °C dehors, mais sa maison reste à 21 °C, le foyer absorbant la chaleur excessive.

Le chauffage de l'eau domestique? Une possibilité encore au stade expérimental. Le Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB) travaille en ce moment à la réalisation d'un système homologué dans le cadre d'une deuxième phase de neuf maisons à l'écohameau de La Baie. « Ici, le règlement municipal oblige le foyer de masse », ironise Pierre Gilbert.

Dans une maison neuve, l'idéal est de prévoir le foyer de masse au tout début, dès l'étape des plans. « Nous offrons un service de conception complet, ajoute Pierre Gilbert, et nous fournissons un rendu en 3D qui permet de voir le foyer de divers points de vue ». Feu vert Foyers de masse a d'ailleurs mis au point une proposition d'affaires pour les entrepreneurs et est actuellement en pourparlers avec quelques entrepreneurs qui veulent intégrer le foyer de masse dans leurs habitations.

Le foyer est personnalisé selon les besoins et les goûts de chacun. Il peut prendre un aspect rustique, champêtre ou même contemporain. La compagnie Les Pierres Stéatites d'East Broughton propose des foyers de masse en pierre à savon extraite de sa carrière. Les artisans de L'esprit des lieux à Val-David exploitent, pour leur part, leur maîtrise des finis à la chaux, tandis que la céramiste Jessica Steinhäuser de Guelph, en Ontario, se spécialise dans la réalisation de kachelofen, des foyers de masse de type autrichien de plus petites dimensions, recouverts de céramique. Plusieurs de ces artisans sont membres de la Masonry Heater Association of North America, qui offre des cours et des certifications, en plus de poursuivre des recherches sur le sujet.

Une intégration même en rénovation

Le foyer de masse peut aussi s'inscrire dans le cadre d'une rénovation. Ce sera alors le moment de rafraîchir l'intérieur et d'abattre quelques cloisons pour créer un espace à aire ouverte. Dans une maison existante, il importe de trouver l'emplacement optimal. Le foyer de masse joue bien le rôle de séparation naturelle entre deux pièces et peut remplacer une cloison. « Nous recommandons le plus souvent qu'il soit installé au salon ou dans la salle où se prennent les repas », explique Pierre Gilbert.

L'installation d'un foyer de masse touche à la fois le rez-de-chaussée et le sous-sol. Au sous-sol, une semelle distincte de la dalle de sous-sol de 8 po d'épaisseur sera réalisée, puis des fondations en bloc de béton seront érigées jusqu'au plancher du rez-de-chaussée.

Le prix? De 20 000 à 30 000 $. Pierre Gilbert assure qu'un foyer de masse se paie au bout de huit ou neuf ans et permet de faire des économies de chauffage, surtout pour ceux qui ont accès à la ressource. Le foyer de masse brûle à une température si élevée qu'on peut l'alimenter en bois déclassé pour le chauffage. Huit cordes suffiraient à chauffer une maison typique de 2 000 pi carrés pendant toute une année. « Le bois est la source d'énergie la moins susceptible de subir des hausses de prix selon les aléas du marché, affirme Pierre Gilbert. Les fournisseurs sont de petits producteurs locaux qui contribuent à faire tourner l'économie régionale. Pour se libérer du pétrole importé, le bois est la ressource la plus abondante que l'on peut se procurer rapidement et économiquement. »

En France, il existe même une norme pour le bois de chauffage, NF Bois de chauffage. Certains fournisseurs offrent maintenant du bois séché au four (certainement moins écologique), ainsi que des bûches « fabriquées en usine » avec des rebuts de bois. En matière de chauffage au bois, nous accusons beaucoup de retard par rapport à l'Europe, conclut Pierre Gilbert.

Source : Magasine Québec habitation Novembre 2014. Magasine publié par l'APCHQ Provinciale


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le théâtre pour vaincre les stéréotypes

Le théâtre pour vaincre les stéréotypes
Un concours pour devenir professeure?!

Un concours pour devenir professeure?!
NOS RECOMMANDATIONS
Un calendrier tout beau pour Magog

Un calendrier tout beau pour Magog
Renaissance aux Promenades King

Renaissance aux Promenades King
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Alain-François concours
Remise Gagnon Multi Concept mars 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 décembre 2019
Reconquérir le Québec

François Fouquet
Lundi, 2 décembre 2019
Ultimes indicateurs de performance

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 novembre 2019
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez?

Jacinthe Dubé 26 novembre 2019
Jade Lacroix-Dubé a été RETROUVÉE Jeudi, 28 novembre 2019
Jade Lacroix-Dubé a été RETROUVÉE
Des horodateurs dans les rues de Magog Jeudi, 28 novembre 2019
Des horodateurs dans les rues de Magog
Renaissance aux Promenades King Mercredi, 4 décembre 2019
Renaissance aux Promenades King
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous