Écoloboutique_10%
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Chroniqueurs Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Douloureuses nuances de gris

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 16 mai 2022      

Quand le printemps s'est présenté pour son rendez-vous annuel, il accusait un retard certain sur l'an dernier. Peut-être pour camoufler et excuser un peu ce retard, il s'est présenté déguisé en été!

Je trouve fascinant ce moment de l'année où on peut regarder la nature se déployer presque d'heure en heure.

Un moment qui appelle à une forme de contemplation. « Elle écoute pousser les fleurs », chante Cabrel pour décrire celle qui, tout en douceur, sait se concentrer sur la beauté simple de la nature environnante. Il précise qu'elle le fait «au milieu du bruit des moteurs ».  

Dans les platebandes, ce qui semblait mort une fois la neige fondue, laisse jaillir des pousses timides, mais qu'on devine assez fortes pour porter l'espoir d'une floraison nouvelle.

Par la fenêtre, le pommier s'est habillé de blanc. Un bouquet imposant de fleurs qui captent notre attention. Ou pas. Après tout, il n'en tient qu'à nous de nous sortir du rythme quotidien et de consacrer du temps à ce qui nous entoure.

Je me dis que l'hiver est un intermède entre deux actes. L'automne apporte une panoplie de couleurs flamboyantes qui succèdent aux verts riches et assumés. Encore là, il faut être un peu attentif, ça ne dure pas longtemps. Après l'intermède hivernal, on a un spectacle tout aussi étonnant. Le feuillage passe du vert tendre (presque jaune, parfois) au vert plus intense et uniforme. Bien que relativement courte, la croissance du feuillage est un spectacle en soi.

Encore cette année, les tulipes sont en grande conversation avec les jonquilles. Le décalage a été très court entre leur floraison. Plus sobres, les tulipes étalent les subtilités des dégradés de couleur, alors que les jonquilles sont pétantes de bonne humeur, leur jaune étant purement lumineux. Même différentes, elles vivent ensemble et additionnent leur beauté respective pour offrir un tableau harmonieux.

Quand je pense à toutes ces couleurs, je fais un cruel constat: toutes les images que j'ai vues de la guerre en Ukraine sont grises. Je ferme les yeux pour les revoir, et ce ne sont que des nuances de gris. Trop de nuances de gris. Pour sortir du lot, des accents noirs.

Que du gris sombre déployé en nuances.

Le gris sombre de la stupidité de l'humain. Le gris charbon de tous ces efforts d'ingénierie utilisés pour fabriquer des armes. Le gris presque noir des véhicules blindés qui détruisent des espaces de vie colorés, encore hier.

J'ai beau revoir dans ma tête les images de cette guerre, je ne vois que du noir et, au mieux, des nuances de gris. Même pas de blanc.

J'ai voulu "faire ma preuve", comme on nous l'enseignait en mathématiques... J'ai donc vu un reportage. Tout était gris. Et noir. Pas de blanc. Jusqu'à ce moment précis où deux dames sortent des décombres de leur maison respective. Deux voisines heureuses de savoir l'autre vivante. Elles s'étreignent. Dans leur main, un sac de plastique coloré. Un sac d'un grand magasin de là-bas, j'image. Lui, il porte des couleurs. Un peu. Les couleurs qui rendent joyeuse la consommation de biens.

Il m'a semblé que ces sacs ressortaient comme le manteau rouge que portait l'enfant dans une pile de corps décimés, seul élément en couleur dans le film « La liste de Schindler ».

Et j'ai repensé à ma journée de samedi. Dans un commerce que j'ai fréquenté, je me sentais heureux et libre de ne pas devoir porter de masque. Je me suis demandé si ce petit bonheur n'était pas complètement déplacé par rapport à la misère vécue ailleurs. Un peu comme un endeuillé qui se surprend à rire et se demande s'il a le droit d'être heureux alors que l'être cher est mort.

Évidemment qu'on a le droit. Comme on a aussi droit au malaise de celui qui est plutôt choyé dans l'histoire.

Et je me suis dit que pour le maintien de mon équilibre mental, je me devais même d'écouter pousser les fleurs, au milieu du bruit gris des agresseurs...

 

Clin d'œil de la semaine

En passant, à Stanstead, les « Freedom fighters Canada » ont remercié « Dieu, qui a ouvert les cieux, pour permettre aux camionneurs de les libérer ». Cibole...

PUB2_Fdulac
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

Le manipulateur avorteur

Lundi le 27 juin 2022      
Le manipulateur avorteur
Mon humeur et la réponse à mes besoins…

Lundi le 6 juin 2022      
Mon humeur et la réponse à mes besoins…
Ensemble

Lundi le 13 juin 2022      
Ensemble
Golf Longchamp_2022
NOS RECOMMANDATIONS
Des nouvelles concernant la maladie de Lyme

Mardi le 28 juin 2022      
Des nouvelles concernant la maladie de Lyme
Le manipulateur avorteur

Lundi le 27 juin 2022      
Le manipulateur avorteur
11,2 M$ pour accueillir et former plus de médecins à l'Université de Sherbrooke et à l'Université de Montréal

Lundi le 27 juin 2022      
11,2 M$ pour accueillir et former plus de médecins à l'Université de Sherbrooke et à l'Université de Montréal
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Claude Carrier_Entretien Gazon
 
François Fouquet
Lundi, 27 juin 2022
Le manipulateur avorteur

Écoloboutique_10%
Quoi faire pour célébrer la Fête nationale du Québec? Par Catherine Blanchette Jeudi, 23 juin 2022
Quoi faire pour célébrer la Fête nationale du Québec?
Aîné sauvagement battu à Magog : L’agresseur toujours recherché Par Daniel Campeau Lundi, 27 juin 2022
Aîné sauvagement battu à Magog : L’agresseur toujours recherché
Mario Fraser manque à l'appel Par Daniel Campeau Vendredi, 24 juin 2022
Mario Fraser manque à l'appel
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous