magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Un incendie à la ferme Beaulieu de Waterville
 
Voyages Gastronomie
Découvertes
VOYAGES GASTRONOMIE /
Expériences culinaires
Valérie Ambeault Par Valérie Ambeault

Jeudi, 22 octobre 2015

La fourchette de Valérie – Café Bla-Bla



 Imprimer   Envoyer 

Il y a quarante-deux ans, la rue Wellington était bondée de gens qui discutaient sous les marquises du centre-ville. Un policier dirigeait la circulation dans la désormais célèbre poubelle de métal. Dans le décor visuel des Sherbrookois, le café Bla-Bla était parmi les choix de restaurants à visiter.

Situé coin King et Wellington, le Café Bla-Bla semble figé dans le temps. Pour les nouveaux arrivants, c'est d'abord un repère visuel, tout le monde reconnaît l'enseigne et de loin. Aujourd'hui le centre-ville s'est modernisé, de nouveaux commerçants se sont greffés à l'univers commercialisé du Centro. Mais le café est toujours bien portant.

J'arrive à la course au café Bla-Bla, la première neige fondante de l'Estrie tombe sur nos têtes. J'entre dans le restaurant et c'est la serveuse Chloé qui nous accueille. Depuis bientôt deux ans, Sébastien Maillot est copropriétaire avec Jean-François Martel.

Sébastien, c'est le maître d'œuvre de l'établissement. Employé depuis plusieurs années, il définit désormais son dévouement pour l'endroit avec la gestion, la création et une soif animée d'offrir les plats les plus goûteux et les plus abordables possible. Jean-François lui, tient d'une main de maître le service à la clientèle au bout de ses doigts. Sylvain Auger n'est jamais très loin. C'est le grand manitou de l'établissement culinaire. Il fut durant toutes ces années le propriétaire de l'endroit. Aujourd'hui, ce n'est pas rare de le croiser sur place. Sa vie, c'est le resto, ça demeure donc sa priorité, même si les ficelles sont maintenant dirigées par Jean-François et Sébastien.

Je prends place avec ma famille sur une coquette table à quatre. Les chaises en fer forgé imitent parfaitement la forme d'un cœur. Le décor a peu changé ici. Les habitués de la place renouent à chaque visite avec leurs souvenirs les plus lointains. Ici, le menu de boissons est vraiment hallucinant. Bières importées, bières de microbrasseries, cocktails sans alcool, c'est le paradis des buveurs. L'amoureux choisit une Griffon Rousse. Moi, un cocktail de jus Méli-Mélo. Un jus de fraise-kiwi, avec jus de canneberge et orange. Ma belle-fille opte pour le grand gagnant du Bla-Bla. Le passionné est une boisson texture slush, c'est fait sur place. Avec de la mangue, du jus d'orange. Délectable.

Déjà, nous avons commandé notre entrée, deux soupes à l'oignon et une portion de bruschetta. Quoi de mieux pour le réconfort que de plonger une cuillère dans une soupe chaude. J'avais une envie folle d'une soupe à l'oignon gratinée. Honnêtement, je ne suis pas déçue. Cette version est l'antithèse d'un bouillon régulier. Les oignons baignent dans un liquide poivré et à base de Moût de pommes Michel Jodoin. Beaucoup de croûtons, du fromage. La portion est parfaite pour l'automne. Mention d'honneur pour l'adaptation du restaurant. Ma belle-fille avait le souhait de manger un pain plus mou pour l'aider à mastiquer à cause de ses broches. Ce vœu fût exaucé sans difficulté. Une belle étoile dans le cahier de commentaires du restaurant.

Pendant que tout le monde mange, j'en profite pour reluquer la place. Le Café Bla-Bla, c'est clairement l'ancêtre du réseau social Facebook. Ici, on jase, on discute, on refait le monde, on étudie, on soupe en amoureux, on sort entre amis après un spectacle et on échange des moments cocasses. Ce n'est pas rare de croiser des étudiants du regard qui étudient avec leur ordinateur portable branché au mur. Un café, deux cafés et une dissertation.

Durant ma dégustation, l'illustre Madame Bou fait son entrée dans le restaurant. C'est une icône du centre-ville. Elle sourit aux clients, chuchote son légendaire BOUH à tous et chacun et quitte l'endroit tout aussi rapidement que son apparition. Au même moment, j'envoie en cuisine mon repas principal, une cassolette espagnole. Une composition de type paella. Des moules, des crevettes, du riz au safran et des morceaux de saucisses de la compagnie estrienne Les Gars de la saucisse. J'aime le fait que ce soit parfumé et provocateur comme composition d'assiettes. C'est goûteux. C'est ce que je recherche d'un restaurant. Le goût, les saveurs.

Une lasagne arrive pour notre adolescente et un burger pour mon chum. Le resto s'attire les éloges. Il est réputé pour être LA place pour les meilleurs burgers en ville. D'abord, on doit choisir notre viande. Un grand choix sur le menu. Il y en a tellement que je me perds un peu. Canard, bœuf, poulet, végé, sanglier, veau, humm! Ensuite c'est le festival des garnitures. Oignons confits, portobello, avocat, miel, hummus, légumes sautés. Comme le resto n'est pas une bannière, il permet une plus grande flexibilité avec les producteurs locaux. De la viande d'ici, des moules d'ici, des pousses d'ici. Une productrice de champignons est même passée cet été avec son petit panier au restaurant pour faire découvrir sa cueillette. Même chose pour les têtes de violon. Pour le café Bla-Bla, c'est tout à fait normal.

Au total, tout près de trente employés se relaient pour le bon fonctionnement du resto. Un téléviseur sans volume dans le coin droit. Mais c'est tout. Une musique en sourdine laisse toute la place au placotage. Au comptoir-bar, le barman François cumule 32 ans de service. Des peines d'amour, des rires, des projets, des papillons d'une première rencontre, depuis tant d'années il en entend de toutes les couleurs.

Je fais la sélection de mon dernier droit vers le dessert. Un gâteau double chocolat à partager et un café alcoolisé Banana Split pour moi. C'est tellement bon que je planifie déjà de revenir juste pour prendre un café spécialisé en fin de soirée.

Le café Bla-Bla possède une âme, une vraie. Elle diffuse l'histoire, du vécu. L'aventure commence en entrant, avec l'affiche géante éclairée du mythique monsieur frisé vert et ça se termine très tard en soirée. Et Bla-Bla-Bla et Bla-Bla-Bla... alors,  on commence une discussion ?


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Nouvelles distinctions pour la fromagerie La Station de Compton

Nouvelles distinctions pour la fromagerie La Station de Compton
Crise des médias: ça concerne EstriePlus aussi!

Crise des médias: ça concerne EstriePlus aussi!
NOS RECOMMANDATIONS
À 140km/h dans une zone de 70 km/h

À 140km/h dans une zone de 70 km/h
Subvention de 2.5 M$ pour la recherche sur le vieillissement

Subvention de 2.5 M$ pour la recherche sur le vieillissement
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
René Dubreuil
Mardi, 10 septembre 2019
La nouvelle BMW série 3 de BMW - Essai routier

Le grand salon des Arts - 6e édition Mardi, 10 septembre 2019
Le grand salon des Arts - 6e édition
BANC D’ESSAI : Mitsubishi Eclipse Cross Par AutoPassion Mardi, 10 septembre 2019
BANC D’ESSAI : Mitsubishi Eclipse Cross
Mon char, ma réussite : tasse-toi, mon’oncle Par François Fouquet Lundi, 9 septembre 2019
Mon char, ma réussite : tasse-toi, mon’oncle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous