magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Hydro-Sherbrooke présente sa carte interactive
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
APCHQ Estrie Par APCHQ Estrie

Vendredi, 24 avril 2015

Voici la question qui mérite votre attention



 Imprimer   Envoyer 

Une transaction immobilière comporte une clause selon laquelle la vente est assujettie à la garantie légale. Le contrat de vente notarié stipule également que l'acheteur accepte l'immeuble « dans l'état où il se trouve, déclarant l'avoir vu et examiné à sa satisfaction ». Le vendeur reçoit, plusieurs années après la vente, une mise en demeure de l'acheteur lui dénonçant la présence de vices cachés affectant sa propriété et lui réclamant le coût des travaux visant la réparation desdits vices.

Le vendeur fait parvenir une lettre à l'acheteur en lui invoquant qu'il ne peut formuler une telle réclamation, car il a accepté l'immeuble dans l'état dans lequel il se trouvait lors de la vente. Est-ce que ce moyen de défense soulevé par le vendeur peut effectivement être valablement opposé à l'acheteur ?

Non. Puisque la garantie légale s'applique à la vente, le vendeur a garanti à l'acheteur que l'immeuble vendu est exempt de vices cachés. La clause d'acceptation du bien n'utilise pas des termes pouvant correspondre à une exclusion de garantie comme l'exemple suivant : «cette vente est effectuée sans aucune garantie légale ainsi qu'aux risques et périls de l'acheteur». Elle vise donc uniquement à faire assumer à l'acheteur les vices apparents qui affectent la propriété. 

Pour conclure, nous vous rappelons que le vendeur professionnel ne peut exclure la garantie légale offerte à son client.  L'entrepreneur général vendeur d'un immeuble est reconnu comme vendeur professionnel selon la jurisprudence.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Nous entrons dans l’ère de l’Anthropocène

Nous entrons dans l’ère de l’Anthropocène
Solidaires pour la santé mentale des jeunes

Solidaires pour la santé mentale des jeunes
NOS RECOMMANDATIONS
Les résolutions

Les résolutions
Des chercheurs de Bishop’s contribuent à la découverte d’une planète ''soeur''

Des chercheurs de Bishop’s contribuent à la découverte d’une planète ''soeur''
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 janvier 2020
La folie guerrière de Trump

Jérôme Blais
Mardi, 14 janvier 2020
Quelques-uns des grands classiques qu’on entend au golf!

Yves Nantel
Mardi, 14 janvier 2020
Nous entrons dans l’ère de l’Anthropocène

François Fouquet
Lundi, 13 janvier 2020
Les épais sont partout!

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 10 janvier 2020
Les résolutions

Jacinthe Dubé 15 janvier 2020
Scott Turgeon 16 ans future étoile de la LNH ? Par Daniel Campeau Mercredi, 15 janvier 2020
Scott Turgeon 16 ans future étoile de la LNH ?
Les résolutions Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 10 janvier 2020
Les résolutions
Magog accorde une subvention de 10 000 $ Raspberry Scientific inc. Samedi, 11 janvier 2020
Magog accorde une subvention de 10 000 $ Raspberry Scientific inc.
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous